Vogue-Studio

Là où la mode est plus qu'un mode de vie...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Andy Davis

Aller en bas 
AuteurMessage
Andrea Davis
¤ S'intégre à l'équipe ¤
avatar

Nombre de messages : 192
• Humeur • : Plutôt stable
• Relation • : Relations Boulot
• Love • : Don't touch to my heart
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Andy Davis   Sam 14 Avr - 6:31

• Votre Personnage •

• Nom: Davis
• Prénom: Andrea mais beaucoup l’appellent Andy
• Date de naissance: 16 octobre 1985
• Âge: 21 ans
• Statue: Photographe
• Côté coeur: Ne lui parlez plus de cœur, le sien est en miette …

• Hobbies:
La miss est une vraie touche à tout alors des hobbies, il n’y a pas assez de ses mains pour les compter ! Une paire de mains supplémentaires serait la bienvenue pour l’aider à s’en souvenir !
Commençons par l’évidence même qui est la photographie. De son appareil photo à poignet pour enfant en passant par tous les appareils possibles (polaroïd, APS, numériques …) sans parler des marques, elle en a usé machines à force de prendre tout et rien en photos. Une véritable passion de pouvoir imprimer un instant, un visage, un évènement avant qu’il ne parte pour toujours. Elle ne se déplace sans un de ses appareils … Oui, la miss en possède plusieurs selon les jours et évènements à prendre en photo. Il y a le beau numérique pour le dehors, celui à longue lunettes pour se prendre paparazzi, le super pro pour son boulot, le micro attaché à son porte-clé et sûrement d’autres oubliés dans des tiroirs. Son ordinateur et ses albums sont remplis de moments volés ou de mannequins posés. Elle aime tout conserver pour se souvenir de ses journées.
Autre évidence, c’est les aliments sucrés. Hé oui, Miss Davis est une gourmande invétérée et c’est une véritable torture de refuser une part de gâteau au chocolat pendant ses nombreux régimes. Mais souvent, Andy craque et entre dans une boulangerie pour en ressortir avec un éclair au chocolat, un donuts ou son pêché mignon, un brownie. D’ailleurs, elle les fait à merveille dans sa cuisine. D’ailleurs, c’est la seule chose qu’elle sait faire en cuisine, pour le reste elle est totalement nulle.
La musique, c’est son mode de vie. Andy se réveille en musique, fait sa vie en musique, bosse en musique, se douche en musique, elle rate sa cuisine en muique … Bref, la musique est toujours là ! Elle s’est faite la folie d’un Ipod Nano a 4 Go qui est plus que rempli ! D’ailleurs elle se tâte d’acheter un 30 Go, histoire d’être sûre ! Elle y mettrait des films aussi mais on n’en est pas encore là. Ce que l’on sait beaucoup moins sur la miss, c’est qu’elle chante et plutôt pas mal même ! En Angleterre, elle faisait partie d’un petit groupe de pop girls et elle y faisait sa petite star. Mais peut être par manque de confiance en elle, Andrea ne chante plus en public. Elle fredonne parfois mais vraiment quand il y a personne ou dans la rue, son Ipod dans les oreilles comme ça elle n’entend pas les remarques. Ce qu’elle aime ? Oh, pas très difficile la jeune anglaise est ouverte à toutes influences même s’il faut avouer que la pop anglaise est ce qu’elle préfère comme Robbie Williams ou le groupe Blue, mais elle ne crache pas sur le R&B, la dance, la soul … Du pendant que la note sonne, ce n’est pas un problème.
Survolé précédemment, le cinéma elle adore. Rien de tel qu’un bon film pour se détendre et se plonger dans un autre univers. Que ce soit dans une salle obscure ou un bon DVD à la télé, tout est bon à prendre. Et là pareil, elle regarde tout ce qui a un scénario qui tient. Des comédies au drames, les films romantiques, d’horreur (bien qu’elle tremble devant) … Tout lui va. Son film préféré ? Entretien Avec Un Vampire mais attention, ne lui dites pas que c’est à cause des acteurs sinon elle serait capable de mordre !
L’écriture lui fait passer le temps. Ce n’est pas une romancière ni une parolière ni une poétesse mais l’écriture la détend. Alors dans ses carnets il n’est pas rare de voir ses petits de phrases se profiler et dans son bloc notes, un début d’histoire se faire. Sauf qu’elle ne les finit jamais, trouvant cela trop niais ou trop mal écrit, loin des bouquins qu’elle dévore quand elle trouve encore le temps de rien faire. Mais là où elle écrit sans complexe, c’est son journal intime. Tous les jours, voire même plusieurs fois par jour, elle y couche ses idées, ses journées, ses émois, son combat. Un vrai refuge en dizaines de tomes. Celui ou celle qui tomberait dessus connaîtrait les moindres pensées de la belle. Mais en inconsciente, elle se balade souvent avec …

• Physique:
Andy ? Très jolie jeune femme, malheureusement manque parfois un peu de féminité dans ses fringues. Pourtant elle a un physique vraiment très prometteur. Rien que son visage déjà est sublime, ovale et aux traits fins, pas d’imperfections ni de boutons ne viennent gâcher son visage nacré. Seulement un petit grain de beauté sur la joue droite mais tout discret, tout mignon qui fait un charme en plus. Ses joues se colorent parfois quand elle se sent gênée. Elle possède également une bouche légèrement pulpeuse rosée se mariant délicieusement avec ses dents blanches, souvent embellie par un du gloss léger, mais assez pour elle, le rouge à lèvres n’étant servi que pour les grandes occasions. Un petit nez fin légèrement mutin se dresse fièrement sur ce petit visage et lui va à merveille. Ses yeux … Oh qu’ils sont beaux. D’un bleu gris doux et pétillants, ils sont le reflet de ses humeurs et de son humeur. Si quelque chose la contrarie, la met en joie ou si la tristesse l’envahit, tout se lira dans ses yeux qu’elle met adorablement en valeur de quelques coups de mascara et d’un trait d’eyeliner. Pas besoin de plus pour la sublimer, ses yeux faisaient cela pour elle. Enfin tout ce joli minois ne serait pas aussi ravissant si ses cheveux blonds ne seraient pas là. Sa crinière dorée était toute sa vie, elle les dorlotait, les bichonnait et en faisait en ce qu’elle voulait. Tantôt courts, tantôt longs, parfois dorés et d’autres platines, elle s’est même essayée au brun. Lâchés, en chignon, en bataille, avec ou sans frange … Elle essayait tous les styles sans pour autant s’en fixer sur un. Après tout, son métier lui imposait de la création autant que de la rigueur alors la jeune femme le faisait jusqu’au bout des pointes.

Le corps à présent. Andrea se considère comme un petit bouchon, elle n’est pas bien grande puisqu’elle mesure 1m61 de toute sa hauteur. Cela l’a souvent complexée durant son enfance mais à présent, elle s’en accommode plutôt bien. Les formes de son corps sont harmonieuses, la jeune anglaise fait toujours attention de faire attention à sa ligne car elle a une forte tendance à prendre quelques petits kilos superflus. Parfois, elle tente se cacher son opulente poitrine (naturelle, s’il vous plait !) sous des t-shirt ou divers hauts amples car ne supporte pas le regard des hommes sur cette partie du corps. Sa peau est pâle, une anglaise à souhait, qu’elle cultive en ne prenant pas de bain de soleil et qu’elle hydrate chaque matin. Ce qu’elle préfère chez elle ? Ses mains, longues et fines, délicates aux ongles mi-longs et limés, laissés au naturel.

Enfin, passons en revue son style de vêtements. Pas très compliqué, la jeune fille n’est pas une grande amatrice de chichis. Au quotidien, c’est baskets, ballerines ou bottes à ses pieds, un jean, pantalon à pince ou pantacourt en guise de bas et puis petit top, t-shirt ou tunique en haut. La simplicité à l’état même. Quand la jeune femme voulait se faire belle, elle mettait des talons ou une jupe, rarement les deux en même temps par peur de passer pour une gourde. Encore une fois, il y avait l’exception des grands évènements et des sorties nocturnes ou la belle pouvait devenir ultra féminine. Mais ne rêvez pas, vous ne la croiserez pas ultra féminine dans la rue ! au niveau accessoire par contre, elle est championne en collectionnant par centaines les boucles d’oreilles, colliers et bracelets ainsi que les casquettes et sac à main. C’était une passion chez elle.

• Caractère:
Comment la caractériser ? Andrea Davis est un paradoxe sur pattes. Elle est tout et son contraire à la fois, ce qui n’est pas facile pour la cerner. Ce n’est pas qu’elle n’a pas de personnalité, c’est peut être qu’elle en a trop.
Tout d’abord, elle est naturelle. Et là, il n’y a pas de contraire. Andrea n’aime pas les grandes manières, se maquiller tous les matins pendant des heures, s’enfiler des tonnes de couches de fond de teint. Oh non quelle horreur ! Et puis même, elle ne se voit pas être une autre auprès des gens juste pour faire bien. Elle sait avoir de la retenue mais il ne faut pas pousser mémé dans les orties tout de même !
La spontanéité est une de ses qualités. Quand Andy a une idée, elle la met de suite en application ou du moins essaie, parle sans vraiment conscience des mots et est assez démonstrative de sentiments. Pourtant, elle possède la timidité en elle et cela la pousse à faire bien souvent le contraire de ce qu’elle aimerait faire : ses projets qui tombent à l’eau, ne pas trop parler et surtout éviter de montrer ce qu’elle ressent. Mais sur ce dernier point, c’est parce qu’elle a été blessée. Alors suivant les jours, elle pourra être pleine de bons sentiments et prête à déplacer des montagnes mais bien souvent elle ne déplace pas même un grain de sable.
La créativité par contre, elle ne la rejette pas. Hésitante parfois à sortir son appareil, elle le sort pour faire des photos sublimes (ou ratées bien sûr cela arrive, nul n’est parfait !) car l’artiste en elle la pousse. Pareil quand les mots lui viennent en tête, il faut les coucher sur du papier, pour éviter de les laisser filer. C’est une artiste à part entière, pas question de faire une croix dessus.
La sympathie est innée chez elle, le sourire sur le visage la plupart du temps et parler aux gens sans encombre. Outre la timidité venant gâcher le tableau, elle peut être lunatique. En effet, cette jeune anglaise peut arriver un jour très souriante, faire la bise à tout le monde, limite chantonner et le lendemain claquer la porte de son bureau en arriver, ne parler à personne et enchaîner café sur café pour tenter de se calmer alors que cela à l’effet totalement contraire. En général, elle est de bonne humeur mais si imprévisible qu’il faut savoir se tenir sur ses gardes. Sait on jamais !
Encore un paradoxe, cette jeune femme est une boule d’énergie, elle peut tenir une cadence olympique jusqu’au coucher … quand elle se couche ! Toujours en mouvement, en courant ou marchant, toujours quelque chose à faire. Mais si elle a le malheur de s’asseoir dans son canapé ou quelque chose de moelleux pour que tout cela se stoppe net. Et la pile devient légume. Dans ces cas là, faire un mouvement lui est un effort surhumain, sauf que sa main fasse des allers/retours dans les sacs de pop corn ou de la nourriture qui est à proximité de la belle. Faire la grasse mat’ ? Oh oui, c’est génial d’être enroulé dans sa couette et se faire réveiller juste par la lumière du soleil et non par un stupide réveil matin.
Fêtarde quand il le faut, il n’est pas rare de la voir traîner le soir en ville. Pas forcément aller en boîte (il faut trop bien s’habiller selon elle) mais dans un pub ou simplement dans les rues. Seule ou avec des amies, les deux sont bon pour passer une bonne soirée. Petit penchant pour l’alcool ? Seulement les soirs où ça ne va pas bien, elle descend sa bibine à allure folle. Oui, elle ne boit que de la bière, le reste lui fait tourner la tête. Surtout le champagne, les bulles lui font retourner le cerveau et après Dieu seul sait ce qu’elle est capable de faire …
Rêveuse et attentive, deux paradoxes à nouveau. Attentive dans son boulot ou dans sa passion, guettant quelque chose d’intéressant à shooter ou des idées à garder. Quand elle bossait, Andy faisait attention au moindre geste, moindre détail. Mais parfois, elle décrochait et cela donnait Andy aux pays des merveilles. Perdue dans ses pensées, même pas la peine de lui parler puisqu’elle ne répondra pas, bien trop absorbée par ce qui l’occupait à l’intérieur.
Allez on termine par un défaut qui est de taille : elle est complètement godiche avec les garçons. La drague ? Pas son fort, sauf peut être quand elle est un peu soûle mais ce n’est pas super glamour. Elle peut parler avec des garçons sans grand problème mais va finir par rougir et se sentir pas très à l’aise et la tout est possible, elle peut être la plus maladroite du monde …

• Avatar: Scarlett Johansson

• Vous •

• Prénom : Stéphanie
• Age : 20 ans
• Comment avez vous connu le forum ? Sur un top site
• Noter le forum sur 10: A ce que j'en vois et vu que rien n'est totalement parfait, je mets 9 ^^
• Un commentaire: Rien à part que j'adore déjà Smile
• Règlement: Bien sûr ! Lu et approuvé


Dernière édition par le Sam 14 Avr - 13:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Anderson
Cool ADMIN ~ Directeur Artistique
avatar

Nombre de messages : 455
• Humeur • : Plutôt Bonne !
• Relation • : Collègues de boulot & Cie
• Love • : Qui saura ouvrir mon coeur ?
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Andy Davis   Sam 14 Avr - 6:37

Bienvenue miss! ^^
Bonne continuation pour ta présentation...
Je suis pressé de lire la suite ! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Davis
¤ S'intégre à l'équipe ¤
avatar

Nombre de messages : 192
• Humeur • : Plutôt stable
• Relation • : Relations Boulot
• Love • : Don't touch to my heart
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Andy Davis   Sam 14 Avr - 13:28

• Histoire:
Londres, 1980. Un été à l’anglaise où il y avait plus de touristes que de londoniens dans la ville. C’était toujours comme ça dans les grandes capitales à cette saison. Pourtant, il en restait au moins deux. Molly et William étaient sûrement faits pour se rencontrer. Deux anglais au milieu de la foule d’européens, américains et autres se sont aimés, ils se sont plus de suite de par leurs nombreux points communs. Une belle histoire d’amour comme toutes les filles voudraient. Une suite logique avec un concubinage, un mariage et un enfant. 1983 fut l’année de la naissance de Christopher. Le premier bébé fut accueilli comme la huitième merveille du monde dans le cocon familial. Et deux ans plus tard, une adorable petite fille qui porta le nom d’Andrea. Deux enfants dans la famille Davis mais cela étaient bien assez, les parents étaient comblés et les enfants s’entendaient à merveille. Un vrai bonheur dans ce quartier de Notting Hill, vous savez dans les rues où toutes les maisons sont identiques qu’il est presque impossible de s’y retrouver si on ne connaît pas le quartier. Un bonheur parfait où tous s’épanouissait.

A 6 ans, la petite Andrea eut entre ses mains son premier appareil photo. Un truc de gosse avec les poignets sur les côtés et tout de suite, cela lui plut. Elle prenait tout en photo si bien que les parents ne mirent plus de pellicules sinon leur enfant les aurait ruiné à force de prendre les gens, le ciel, les fleurs et la famille en photo. Mais c’était ce qui lui plaisait, prendre (même pour de faux) en photo tout ce qu’il y avait autour d’elle. A l’école, c’était une élève très douée. Pleine d’initiative et création mais aussi très attentive, c’était une des meilleures de sa classe. Lire, écrire, c’était passionnant pour elle. La musique aussi était un instant de liberté qui lui était précieux au quotidien. Si petite et déjà conditionnée de son destin.

A 10 ans, un ami de la famille lui offrit un autre appareil photo. Un peu plus pro et surtout, il lui dit que si elle était raisonnable sur la pellicule, il les ferait développer chez lui, puisque cet ami était photographe. Dur au départ, mais l’enfant apprit à contrôler ce qu’elle devait prendre, déjà préférait la qualité à la quantité. Autre cadeau qui la marqua fut un carnet blanc et épais offert par sa marraine. Un stylo blanc à l’écriture noire l’accompagnait. Sa marraine lui disait que cela faisait du bien d’écrire sa vie, que plus tard cela lui servirait. Et dès le premier soir, la petite blondinette se mit à écrire.

Je m’appelle Andrea Davis, j’ai 10 ans aujourd’hui et je suis anglaise …

Ce fut les premiers mots couchés sur papier. S’en suivit des milliers d’autres. Au départ, des histoires d’enfants.

A l’école, Kevin a voulu encore me tirer les cheveux. Quel nul ce garçon, alors je lui ai jeté du sable en pleine figure et il a eu mal. Bien fait, comme ça il ne me touchera pas.

Et en grandissant, ce fut des histoires d’ados. En effet, la belle grandissait et s’embellissait chaque jour. Son frère jouait au protecteur quand les premiers garçons lui tournèrent autour. Mais elle est de la génération qu’on élève à coup de Cendrillon, de La Belle Au Bois Dormant et donc espérait vraiment son prince charmant. Et celui-ci n’avait certainement pas la tête d’un abruti de 14 ans dont les hormones bouillonnaient et qui ricanait lors des cours sur la reproduction humaine en biologie. Oh non, Andrea n’avait pas d’idée précise de son prince mais ce n’était pas ce type là en tout cas. Alors elle continuait sa vie qui se résumait aux photos, à l’écriture et aux sucreries. Les copines aussi bien évidemment devenaient très importantes dans sa vie. C’était une sorte de nouvelle famille où l’on pouvait se confier sans tabou bien qu’elle n’avait rien à confier. Pas de mec sur qui craquer, pas de potins à raconter. Mais elle écoutait et prenait des photos, ainsi qu’elle racontait tout dans son journal.

Je n’en reviens pas qu’Amy ait pu coucher avec ce garçon. 15 ans c’est tôt je trouve, mais si elle l’aime, je n’y vois aucune objection. Après tout, c’est sa vie et en plus elle est mon amie alors je n’ai pas à la critiquer. Surtout pas moi qui n’ai jamais embrassé un garçon. De toutes façons, ils sont tous idiots dans ce collège alors embrasser pour faire comme les autres, plutôt crever.

Et pourtant, Andrea succomba à son tour au charme masculin. Mais elle avait pris un « grand » : Alexander, 17 ans. Un ami à son frère qui était beau comme un dieu en plus d’intelligent et drôle. Un musicien par-dessus tout. Bref, il n’en fallait pas plus pour qu’elle craque. Il était si gentil et il la comprenait si bien que cela ne pouvait que marcher entre eux.

Alex est un amour. Tout à l’heure, il était venu chercher Chris mais comme il était parti traîner je ne sais où, j’ai joué l’hôtesse avec grand plaisir. Après tout, il fait presque parti de la famille alors je n’allais pas le laisser dehors comme un chier. Lui au moins est quelqu’un d’attentif puisqu’il me demande comment ça va et il écoute la réponse. On a discuté de tout et rien, il s’est même souvenu que la dernière fois, il m’avait entendue fredonner et a insisté pour que je chante pour lui. Oh la honte … Ce salaud (enfin un très beau salaud alors) m’a fait un chantage affectif : ma voix contre une de ses compos. J’ai cédé, dur de lui résister. Il s’est installé au piano du salon et je lui ai chanté un bout de Angels de Robbie Williams. Oui toujours Robbie mais bon, ça ne se commande pas d’être fan … Et en échange, il m’a fait écouter une de ses musiques. Elle était trop belle, mélancolique et si romantique, j’étais entrain de fondre … Alors quand il m’a dit qu’il l’avait composée en pensant à moi, j’ai cru défaillir ♥

Et c’est ainsi qu’elle connut sa première histoire d’amour. Cela ne dura peut être qu’une année mais jamais Andrea n’eut autant le sourire. Alex l’a poussée à monter son petit groupe de musique au lycée, il lui a appris à aimer, à vivre … Il l’avait transformée. Elle l’aimait à en mourir, c’était sûr qu’elle l’avait dans la peau. La mort, c’est ce qui les sépara en effet. Accident de voiture et une vie envolée, ainsi qu’un cœur émietté. 17 ans à peine et déjà un lourd chagrin à porter. Elle eut du mal à s’en remettre, passait son temps à regarder les trop nombreuses photos de leur bonheur et ne se résignait pas à se séparer de tout ce qui le concernait. Ce fut sa période série noire en photos : du noir et blanc seulement, tristes images. Elle avait perdu le goût de chanter, avait quitté son propre groupe et se laissait aller au gré des kilos qui s’accumulaient. Les cours non plus ne l’intéressaient. Rien ne l’intéressait il fallait l’avouer. Cette lourde dépression dura un an, cette année où elle gagna en maturité tandis que ses amies devenaient gagas devant des gars. Andy ne voulait plus rien faire mise à part des photos pour son plaisir personnel qu’elle faisait toujours développé chez l’ami de son père. Ce dernier d’ailleurs lui offrit sa propre chambre noire pour développer. C’est exactement le cadeau qu’il lui fallait pour lui remonter le moral. Des larmes avaient coulé ce jour là mais ils signifiaient la joie et non plus la tristesse. Bien que toujours faible, la jeune fille décida de se ressaisir un peu. Un petit régime, un tri dans ses amis et elle décida de reprendre sa vie en main … ainsi que ses amours. Non, elle ne cherchait plus son prince charmant mais il lui tomba dessus un beau soir d’été à Londres. Cela vous rappelle une histoire ? Oui, comme ses parents, Andrea croisa le regard du beau Jake et ce fut un coup de foudre. Peur de se laisser à aimer, elle le fit longtemps courir pour voir sa sincérité. Mais le jeune homme était tenace et la voulait. Ce fut donc un autre roman qui s’ouvrit. Une autre histoire qui commençait.

Je ne me suis jamais aussi sentie bien qu’avec Jake. Il a ce petit plus qui me fait l’aimer sans pour autant trahir Alex … Je ne pourrais jamais l’oublier mais je me dois d’avancer et avec Jake à mes côtés, je m’en sortirai je le sais.

Voila ses propres mots. Là encore du bonheur pendant 2 ans pour une fois. A croire qu’elle ne peut pas avoir une relation normale au-delà. Andy était partie en vacances à New York durant cet été, tombée amoureuse de la ville, elle avait dit au téléphone à son amoureux que c’est ici qu’elle voulait vivre. Lui content, dit qu’elle serait bien au bout du monde. Ca y est, Andy avait décrété qu’elle serait photographe à New York. Dans quelle branche ? Qu’importe du pendant qu’elle soit dans cette ville et son appareil à la main, c’est tout ce qui comptait. Elle bossait bien comme photographe de mariage ou d’évènements pour se payer son école de journalisme. A son retour, son frère pour l’accueillir à l’aéroport. Et Jake ? Pas là, sans doute a-t-il oublié l’horaire de vol. Tant pis, la jeune anglaise lui ferait la surprise. Passée à la maison, coucou à papa maman et direction chez le chéri de son cœur. Elle avait les clés, la jeune fille ouvrit doucement comme pour lui faire une surprise … Et quelle surprise ! Une jeune femme à moitié nue se baladait dans l’appartement de son petit ami. Jake apparut et prit l’air désolé, tentant de se faire pardonner. Andrea hurla comme jamais, la colère mêlée à la tristesse sortit de sa bouche par des mots plus durs les uns que les autres tandis que les larmes noyèrent ses yeux. La réaction de Jake ? Sale type il lui lança « Retourne au bout du monde tu y étais bien » Mais sur ce ton si méprisant qu’elle lui jeta ses clés en pleine tête et partit. Sur un coup de tête, la belle fit son sac quelques temps plus tard, prit tout ce qu’elle avait et repartit pour New York. Elle connaissait une amie là bas qui l’hébergerait quelques temps dans le Bronx. Pas le meilleur quartier mais elle ferait avec.

Je m’appelle Andrea Davis, nouvelle new-yorkaise et je n’ai plus de cœur …

Ses premiers mots pour sa nouvelle vie. Fini les mecs, fini de pleurer pour eux, fini l’Angleterre. Elle obtint l’autorisation d’être une citoyenne américaine et se mit en quête de trouver un boulot. Elle galéra longtemps. Que pouvait bien faire une fille de 20 ans comme job ? Elle fit vendeuse, serveuse, laveuse d’auto … Et finit un beau jour par dégoter un poste chez Vogue en tant que photographe ! Elle réalisait son rêve de vivre dans la ville de son cœur et faire le métier de sa vie ! Bon, elle ne connaissait rien à la mode mais débrouillarde comme elle était, elle apprendrait vite. Et puis à force de voir défiler sous son objectif du Dior, Chanel, D&G, Prada … A force Andy commençait à connaître ! La belle put déménager pour un petit appartement à Manhattan, pas très grand mais parfait pour une célibataire. Et les amours ? Rien, néant. Quelques coups d’un soir et encore, ils se comptaient sur les doigts d’une main. Comme elle le dit elle-même :

Il n’est pas né celui qui prendra à nouveau mon cœur.

Andrea Davis, nouvelle Bridget Jones et fière de l’être, enfin c'est ce qu'elle veut faire croire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Davis
¤ S'intégre à l'équipe ¤
avatar

Nombre de messages : 192
• Humeur • : Plutôt stable
• Relation • : Relations Boulot
• Love • : Don't touch to my heart
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Andy Davis   Sam 14 Avr - 13:28

Voila j'ai fini.
Je crois que je me suis emballée sur ma fiche, elle est un peu longue Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Anderson
Cool ADMIN ~ Directeur Artistique
avatar

Nombre de messages : 455
• Humeur • : Plutôt Bonne !
• Relation • : Collègues de boulot & Cie
• Love • : Qui saura ouvrir mon coeur ?
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Andy Davis   Sam 14 Avr - 13:48

Elle est longue mais parfaite ! Wouah !
VALIDEE SANS HESITATIONS !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Davis
¤ S'intégre à l'équipe ¤
avatar

Nombre de messages : 192
• Humeur • : Plutôt stable
• Relation • : Relations Boulot
• Love • : Don't touch to my heart
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Andy Davis   Sam 14 Avr - 14:11

Merci !
J'essaierai de faire aussi bien pour mes posts Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andy Davis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andy Davis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — Lily Scénario's --- Sophia Bush
» Andy Biersack
» Paul Davis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vogue-Studio :: First Of All :: Présentations :: Validée-
Sauter vers: